Réglementation générale

Article 1 : Champ d’application :
Outre les dispositions directement applicables du code de l’environnement, la réglementation de la pêche en eau douce est fixée conformément aux articles suivants dans tous les cours d’eau, canaux, ruisseaux des domaines public et privé et plans d’eau du département de la Meuse, à l’exception :
Des piscicultures régulièrement autorisées ou déclarées définies à l’article L.431-6 du code de l’environnement,
Des plans d’eau existant au 30 juin 1984, établis en dérivation ou par barrage et équipés des dispositifs permanents empêchant la libre circulation du poisson entre ces plans d’eau et les eaux avec lesquelles ils communiquent :
Soit s’ils ont été créés en vertu d’un droit fondé sur titre comportant le droit d’intercepter la libre circulation du poisson ;
Soit s’ils sont constitués par la retenue d’un barrage établi en vue de la pisciculture avant le 15 avril 1829 en travers d’un cours d’eau non domanial ne figurant pas à la liste prévue au 2° du I de l’article L. 214-17 ;
Soit s’ils résultent d’une concession ou d’une autorisation administrative, jusqu’à la fin de la période pour laquelle la concession ou l’autorisation a été consentie. Les détenteurs de ces autorisations ou concessions peuvent en demander le renouvellement en se conformant aux dispositions des articles L. 214-2 à L. 214-4.

Article 2 : Périodes d’ouverture :
Dans les eaux de la première catégorie
Ouverture générale : du deuxième samedi de mars au troisième dimanche de septembre inclus.
Ouvertures spécifiques :
Ombre commun (Thymallus thymallus) : Du troisième samedi de mai au troisième dimanche de septembre inclus.
Anguille jaune (Anguilla anguilla) : Selon les dates fixées par arrêté annuel pour les bassins Seine-Normandie et Rhin-Meuse.
Anguille argentée (Anguilla anguilla) : pas d’ouverture
Écrevisses à pattes rouges (Astacus astacus), Écrevisses à pattes blanches (Autropotamobius pallipes), Écrevisses à pattes grêles (Astacus leptodactilus) et Écrevisses des torrents (Austropotamobius torrentium ) : pas de date d’ouverture
La pêche aux autres espèces d’écrevisses est autorisée pendant les périodes d’ouverture générale des eaux de première catégorie piscicole, sans limitation de taille, avec interdiction de les remettre à l’eau ou de les introduire dans un milieu visé à l’article 1.
Grenouilles vertes (Pelophilax ou Rana sp) : Du 1er juillet au 31 août.
Grenouilles rousses (Rana temporaria) : pas d’ouverture

Dans les eaux de la deuxième catégorie
Ouverture générale : Du 1er janvier au 31 décembre inclus.
Ouvertures spécifiques :
Brochet (Esox lucius) : Du 1er janvier au dernier dimanche de janvier inclus. Du 1er mai au 31 décembre inclus.
Sandre (Sander lucioperca) : Du 1er janvier au dernier dimanche de janvier inclus. Du 2ème samedi de mai au 31 décembre inclus.
Ombre commun (Thymallus thymallus) : Du troisième samedi de mai au 31 décembre inclus.
Anguille jaune (Anguilla anguilla) : Selon les dates fixées par arrêté annuel pour les bassins Seine-Normandie et Rhin-Meuse.
Anguille argentée (Anguilla anguilla) : pas d’ouverture
Truite Fario (Salmo trutta fario), Omble ou Saumon de Fontaine (Salvelinus fontinalis), Omble Chevalier (Salvelinus alpinus) : Du deuxième samedi de mars au troisième dimanche de septembre inclus.
Écrevisses à pattes rouges (Astacus astacus), Écrevisses à pattes blanches (Autropotamobius pallipes), Écrevisses à pattes grêles (Astacus leptodactilus) et Écrevisses des torrents (Austropotamobius torrentium ) : pas d’ouverture
La pêche aux autres espèces d’écrevisses est autorisée pendant les périodes d’ouverture générale des eaux de deuxième catégorie piscicole, sans limitation de taille, avec interdiction de les remettre à l’eau ou de les introduire dans un autre milieu visé à l’article 1.
Grenouilles vertes (Pelophilax ou Rana sp) : Du 1er juillet au 31 août.
Grenouilles rousses (Rana temporaria) : pas d’ouverture

Article 3 : Horaires d’ouverture :
La pêche ne peut s’exercer plus d’une demi-heure avant le lever du soleil, ni plus d’une demi-heure après son coucher.

Article 4 : Tailles minimales de captures :
Afin de permettre aux espèces mentionnées ci-dessous d’atteindre la pleine maturité de reproduction, des tailles minimales de capture sont instituées.
Truite fario : La taille minimum de capture est fixée à 0,30 mètre.
Autres salmonidés : La taille minimum de capture est fixée à 0,25 mètre.
Brochet : La taille minimum de capture est fixée à 0,60 mètre, dans les eaux de deuxième catégorie.
Sandre : La taille minimum de capture est fixée à 0,50 mètre dans les eaux de deuxième catégorie.
Ombre commun : La taille minimum de capture est fixée à 0,35 mètre dans les eaux de première et deuxième catégorie.
Black-Bass (Micropterus salmoides) : La taille minimum de capture est fixée à 0,40 mètre dans les eaux de la deuxième catégorie.
Lamproie fluviatile (Lampetra fluviatilis) : la taille minimum de capture est fixée à 0,20 mètre.
Anguille jaune : la taille minimum de capture est fixée à 0,12 mètre.

Article 5 : Nombre de captures autorisées :
Afin de maintenir des populations adaptées aux capacités trophiques locales, tout particulièrement pour les espèces ombre commun, truite fario et brochet, le nombre de captures autorisées est limité comme suit :
Ombre commun : 1 capture maximum par jour et par pêcheur.
Truite fario : 3 captures maximum par jour et par pêcheur.
Autres salmonidés : 6 captures maximum par jour et par pêcheur.
Dans les eaux de deuxième catégorie, le nombre de captures autorisé de sandres, brochets et black-bass, par pêcheur et par jour, est fixé à 3, dont 2 brochets maximum.

Article 6 : Enregistrement des prises d’anguilles jaunes :
Conformément à l’arrêté ministériel du 22 octobre 2010 susvisé, toute prise d’anguille jaune devra faire l’objet, par les soins du pêcheur, d’un enregistrement dans un carnet de pêche établi pour une saison de pêche. Dans ce carnet devront apparaître :
1. la date de la prise ;
2. le lot ou le secteur de la prise ;
3. le stade de développement du spécimen ;
4. dans le cas de la prise d’une anguille de moins de 12 cm (celle-ci devant ensuite être remise à l’eau conformément à l’article 5 ci-dessus), son poids ;
5. le poids ou le nombre du total de prises.

Article 7 : Procédés et modes de pêche autorisés :
Dans les eaux de première catégorie :
Pour les eaux domaniales, le nombre de lignes autorisées par pêcheur est fixé à 2 au plus.
Pour les eaux du domaine privé, le nombre de ligne autorisée par pêcheur est fixé à 1.
Dans les eaux de deuxième catégorie :
Le nombre de lignes autorisées par pêcheur est fixé à 4.
Les lignes doivent être disposées à proximité du pêcheur.
Les balances à écrevisses sont limitées à 6 au maximum. Elles peuvent être indifféremment rondes, carrées ou losangiques, leur diamètre ou leur diagonale ne devant pas dépasser 0,30 mètre.

Article 8 : Conditions de transport du poisson :
Il est interdit à tout pêcheur amateur de transporter vivantes, de jour comme de nuit, les carpes de plus de 60 centimètres.

Article 9 : Procédés et modes de pêche prohibés :
Les articles L.436-30 à L.436-35 du code de l’environnement sont applicables, en relevant tout particulièrement les dispositions suivantes :
– Pêche en marchant dans l’eau : interdiction dans les eaux de première catégorie du deuxième samedi de mars au quatrième dimanche de mars.
– Pêche aux carnassiers : dans les eaux de la deuxième catégorie piscicole, pendant la fermeture spécifique de la pêche du brochet, il y a interdiction de pêcher au vif, au poisson mort ou artificiel et aux leurres susceptibles de capturer ce poisson de manière non accidentelle.
– Toute l’année, dans les eaux visées à l’article 1, il est interdit d’utiliser comme vif :
 des espèces protégées, disposition prévue par les articles L.411-1 et 2 et L.412-1 du code de l’environnement [Bouvière (Rhodeus sericeus), Vandoise (Leuciscus leuciscus)…] ;
 des espèces soumises à taille légale de capture, quelle que soit leur taille, disposition prévue par les articles R.436-18 et 19 du code de l’environnement (Brochet, Truite…) ;
 des espèces non représentées dans les eaux visées à l’article 1 et ne figurant pas dans l’arrêté ministériel du 17 décembre 1985 [espèces exotiques type Amour blanc (Ctenopharyngodon idella )…] ;
 des espèces susceptibles de provoquer des déséquilibres biologiques, disposition prévue par les articles L.432-10 et R.432-5 du code de l’environnement [Poisson chat (Ictalurus melas), Perche soleil (Lepomis gibbosus), Ecrevisses américaines (Orconectes limosus)…].
– Carafe à Vairons (carafe ou bouteille destinée à la capture des vairons et autres poissons servant d’amorces) :
– Interdiction dans les eaux de première catégorie. Dans les eaux de deuxième catégorie, une seule carafe d’une contenance maximale de 2 litres est autorisée.
– Appâts et amorces :
– Interdiction d’utiliser des ?ufs de poisson quel que soit leur conditionnement : naturel, frais, conserve ou mélange ;
– Interdiction d’utiliser tout asticot ou larve de diptère dans les eaux de première catégorie.

Article 10 : Barrages et écluses :
La pêche est interdite à partir des barrages et des écluses. Pour des raisons de sécurité, il est interdit de se tenir sur les berges ou d’être en bateau, sur une distance de 50 mètres en aval de l’extrémité de ceux-ci, secteur où seule la pêche à l’aide d’une ligne est autorisée.

Article 11 : Commercialisation :
Il est interdit de commercialiser le produit de sa pêche.

Article 12 : Dispositions pénales :
Tout manquement aux dispositions précitées fera l’objet de sanctions prises en application de l’article R.436-40 du Code de l’Environnement.

Article 13 : Autres réglementations :
Le présent arrêté ne fait pas obstacle à l’application d’autres législations ou réglementations, notamment celles applicables sur le domaine public fluvial, notamment en matière de sécurité.

Article 14 : Abrogation des précédents arrêtés :
L’arrêté préfectoral n° 2014-4253 du 20 mars 2014, portant règlement permanent de l’exercice de la pêche en eau douce dans le département de la Meuse, est abrogé.
L’arrêté préfectoral n°5056 du 7 janvier 2016, modifiant le règlement permanent de l’exercice de la pêche en eau douce dans le département de la Meuse, est abrogé.